Assurance vie et succession: comment ça marche? – Choisir son assurance vie

4.4 (79%) 30 votes


L’assurance-vie est le produit d’épargne préféré des Français. Pourtant, ce produit reste méconnu et beaucoup d’idées reçues circulent au sujet des assurances-vie. Il va ainsi falloir s’en défaire pour bien assimiler le produit et avancer. Nous rétablissons ici la véracité sur les 6 erreurs plus couramment rencontrées à propos de l’assurance-vie.

L’argent investi en assurance-vie n’est pas bloqué.
Votre argent est toujours disponible, vous êtes libre d’effectuer des rachats partiels ainsi qu’à totaux (= retraits d’argent) quand vous le souhaitez. La connue durée des 8 ne concerne que l’imposition plus convenable après ce date anniversaire. Ceci dit, vous ne pouvez pas transférer une assurance-vie, alors choisissez bien vos assurances-vie tel que vous l’expliquons en texte suivante !

Ce n’est pas une assurance-décès.
L’assurance-vie est avant tout un produit d’épargne. Ceci dit, offre d’importants avantages successoraux pour la transmission aux bénéficiaires désignés en de décès : peut transmettre 152 500 € dépourvu frais de succession parmi bénéficiaire ! Ainsi, pas d’impôt à payer pour transmettre 456 000 € a l’intérieur du cas d’une personne qui est 3 enfants (ou neveux, ainsi qu’à autre…). En effet, l’assurance-vie est réputée « hors succession », cela permet notamment de transmettre hors droit commun (ami, enfant d’un autre lit, etc.). Sachez que la clause bénéficiaire rédigée parmi l’acquéreur est strictement confidentielle.

Pas de plafond.
Chacun peut posséder plusieurs assurances-vie, pour diversifier les assureurs / fonds euros / unités de comptes accessibles et profiter de la garantie des dépôts de 70 000 € chez assureur. Et il n’y a pas de plafond de versement.

L’assurance-vie n’est aucun produit réservé aux riches.
D’excellents contrats sont accessibles dès 100 € à l’ouverture et sans obligation de verser ultérieurement. Les assurances-vie auto-proclamées « haut de gamme » qui exigent des traite d’entrée essentiels (pouvant dépasser les 100 000 €) ne sont pas forcément les meilleures.

L’assurance-vie n’est pas un produit intrinsèquement risqué.
Le risque auquel vous vous exposez dépend de votre choix d’allocation. Si vous investissez en 100% fonds euros (possible même sur une assurance-vie multisupport), il n’y aura pas de risque de perte en capital. Mais dans l’hypothèse ou vous prenez parti pour un mandat de gérance offensif ou bien si vous allouez vous-même 100% en unités de compte en actions, vous vous exposez d’or marché actions et à sa volatilité.

Vous n’avez rien à déclarer (vraiment ?)
Vous n’êtes imposable que lorsque vous faites un rachat, sur la de plus-value accepté dans votre rachat. Et possédant une fiscalité avantageuse, comme vous le pourrez voir en avant dans l’article. Ainsi, tant que vous ne sortez pas d’argent de votre assurance-vie, vous n’avez rien à déclarer.