Les pièces détachées d’occasion intéressent les assureurs autos

Le secteur des pièces détachées a connu une inflation sans précédent ces dernières années. Une hausse des prix qui impacte directement le coût des réparations d’automobiles. Ainsi, les prix ont bondi de près de 30% en 5 ans ! En cause, la position de monopole des constructeurs automobiles, qui sont les seuls à fournir les pièces détachées pour la réparation de leur véhicule, l’absence de concurrence leur permettant de fixer eux-même des prix, en tirant ainsi un meilleur bénéfice. Cette explosion de prix a directement impacté sur les primes d’assurance, poussant plusieurs associations de consommateur à tirer la sonnette d’alarme. Mais ce sont également les compagnies d’assurance auto qui se sont intéressées à ce marché.

En effet, ces dernières ont décidé de prendre les devant d’influencer le marché des pièces détachées, en poussant leur clients à utiliser des pièces détachées d’occasion. Une solution qui permet de réduire très fortement la facture des réparations, grâce à la récupération de pièces qui ont déjà servies, et qui sont toujours utilisables. Des pièces d’occasion qui sont jusqu’à deux fois moins chère que les pièces neuves.

Deux compagnies sont actuellement en train de tester ce système : la MAIF dans la région Poitou-Charentes et la MACIF dans la région Rhône-Alpes. Le client se voit ainsi proposer de recourir à des pièces détachées, avec en contrepartie une réduction sur sa franchise d’assurance auto. Une offre attirante donc, qui a un certain succès, puisque 9 clients sur 10 accepte la proposition. Le système est particulièrement séduisant pour les voitures anciennes, où le coût des réparations dépassent souvent la valeur de la voiture.

Le seul obstacle qui peut apparaitre face à ce système est l’image des pièces détachés d’occasion, souvent rattaché aux pièces rouillées trouvées à la casse. Une image obsolète puisqu’aujourd’hui, toutes ces pièces sont traitées en atelier, où elles sont démontées et testées. Certains réseaux vont jusqu’à garantir la pièce 1 an. Un signe de fiabilité qui devrait rassurer les clients réticents.

Les deux compagnies d’assurance tablent donc sur une généralisation du système, et pensent même à mettre en place des clauses obligeant le recours à ces pièces détachés d’occasion. Le développement de site de vente sur Internet devrait notamment permettre une meilleure démocratisation du recours aux pièces détachés d’occasion.

Les premières compagnies d’assurance à mettre en place ce genre d’opération devrait pouvoir proposer des offres attractives, n’hésitez pas à demander à votre future compagnie d’assurance auto si elle propose des remises du même type, afin de trouver une assurance jeune conducteur moins chère.



 
 
 


Ajouter un commentaire :